Suivez les dernières actualités d'eurest

Actualités

Eurest cultive le flexitarisme
Eurest| Tendances|17 juillet 2018

Eurest et le « bien-manger » : un engagement depuis près de 10 ans ! Achats responsables, variété et qualité nutritionnelle des produits, saveur des recettes, sécurité alimentaire … plus qu’une priorité, une obsession.

Si, tout au long de l’année, nos équipes encouragent une alimentation santé respectueuse de l’environnement, Eurest saisit l’opportunité de la Semaine Européenne du développement durable (du 30 mai au 5 juin), pour inviter les consommateurs à plus de flexitarisme.

Eurest et le « bien-manger » : un engagement depuis près de 10 ans ! Achats responsables, variété et qualité nutritionnelle des produits, saveur des recettes, sécurité alimentaire … plus qu’une priorité, une obsession.
Si, tout au long de l’année, nos équipes encouragent une alimentation santé respectueuse de l’environnement, Eurest saisit l’opportunité de la Semaine Européenne du développement durable (du 30 mai au 5 juin), pour inviter les consommateurs à plus de flexitarisme.


Flexi-quoi ?

Pratique alimentaire semi-végétarienne, le flexitarisme prône la diversification alimentaire en consommant moins de viande – ni à chaque repas, ni tous les jours. Autrement dit, c’est un refus de l’exclusif au profit de la flexibilité alimentaire, la recherche d’une façon saine de s’alimenter sans se priver et en tirant bénéfice des bienfaits de chaque catégorie d’aliments.
L’alimentation du flexitarien est composée principalement de fruits et légumes, de céréales, de légumineuses, de féculents mais aussi d’œufs, de produits laitiers, de poisson et donc de viande en quantité limitée.


Recommandations en vigueur

Si en France aujourd’hui la tendance veggie croit pour des raisons très diverses, les autorités gouvernementales s’accordent sur la nécessite de réduire notre surconsommation de viande (hors volaille).

Récemment, l’ANSES* a présenté les principaux résultats de l’actualisation des repères nutritionnels du Programme National Nutrition Santé (PNNS), visant à améliorer l’état de santé de la population en agissant sur l’alimentation.
De nouvelles données qui aspirent à couvrir l’ensemble des besoins nutritionnels, en prévenant les risques de maladies chroniques liés à certains aliments.
L’agence recommande de manger moins de viande rouge (bœuf, porc, veau, mouton, chèvre, cheval, sanglier, biche) : pas plus de 70 g/jour ; soit 500 g/semaine et de réduire considérablement les charcuteries : 25 g/jour.


offre testée par Eurest durant la semaine du développement durable

Il ne s’agit donc en aucun cas de faire l’apologie du régime végétalien, l’objectif d’Eurest est tout simplement d’inviter les consommateurs à s’ouvrir à de nouveaux modes alimentaires, en privilégiant à l’occasion les plats veggies.
Pour inciter les consommateurs les équipes ont fait preuve d’originalité dans les recettes : papillotes de tofu, risotto vert, clafoutis de brocolis ou encore lasagnes de chou vert.

Basés sur le régime ovo-lacto végétariens (= graines, légumes, fruits, légumineuses noix, produits laitiers et œufs), ces plats permettent d’élaborer des menus parfaitement équilibrés et proposent le plus souvent des protéines de lait ou d’œuf systématiquement associées à des protéines d’origine végétale. Toutes les viandes ou poissons sont ainsi remplacés par des substituts dont l’apport protéique est équivalent : céréales, légumineuses et fruits oléagineux (noix, amandes, noisettes, pistaches, noix de cajou et pignons…).
Au total, 255 restaurants Eurest sont décidé de jouer la carte du flexitarisme pour tenter de commencer à changer les habitudes alimentaires de 127 970 convives !


* ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Retour aux actualités